En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord

L’empreinte environnementale du numérique mondial

- Publié le : 15 novembre 2019 -
illustration de l'actualité : L’empreinte environnementale du numérique mondial

Étude sur la quantification de l’empreinte environnementale du numérique mondial et son évolution entre 2010 et 2025.

Cette étude réalisée par Frédéric Bordage l’expert français du numérique responsable et de la sobriété́ numérique porte sur l’ensemble des équipements électroniques qui manipulent des données binaires, à l’échelle planétaire.

Elle repose sur une méthodologie d’analyse de cycle de vie (ACV) et s’appuie sur 3 modèles de quantification d’impacts environnementaux (utilisateurs, réseaux, centres informatiques) agrégés par un métamodèle.

Quatre indicateurs environnementaux principaux ont été retenus :

  • Épuisement des ressources abiotiques (ADP)
  • Réchauffement global (GES)
  • Bilan énergétique (EP)
  • Tension sur l’eau douce (Eau)

Cette étude montre, en particulier que :

De par leur nombre (34 milliards), les équipements des utilisateurs sont la principale source d’impacts du numérique mondial.

  • Leur fabrication concentre systématiquement le plus d’impacts avec 30 % du bilan énergétique global, 39 % des émissions de GES, 74 % de la consommation d’eau et 76 % de la contribution à l’épuisement des ressources abiotiques.
  • Entre 2010 et 2025, le numérique passe ainsi de l’ordre de 2,5 % de l’empreinte de l’humanité́ à un peu moins de 6 %. La plus forte progression est celle des émissions de gaz à effet de serre qui vont passer de 2,2 % en 2010 à 5,5 % en 2025.
  • En 2025, les utilisateurs concentreront de 56 % à 69 % des impacts.
  • Par exemple, 62 % des émissions de GES du numérique seront liées aux utilisateurs, dont 35 % à la fabrication de leurs équipements
  • D’un point de vue social / sociétal, le quintuplement du poids du numérique en 15 ans ne peut qu’augmenter les tensions sur les matières premières et notamment renforcer le rôle des minerais dans le financement des conflits armés en Afrique et en Asie, d’où l’appellation de « minerais des conflits ».

Quelques mesures simples permettraient de réduire considérablement l’empreinte environnementale du numérique mondial à l’horizon 2030 :

  • Réduire le nombre d’objets connectes en favorisant leur mutualisation et leur substitution et en ouvrant leurs APIs.
  • Réduire le nombre d’écrans plats en les remplaçant par d’autres dispositifs d’affichage : lunettes de réalité́ augmentée / virtuelle, vidéo projecteurs LED, etc.
  • Augmenter la durée de vie des équipements en allongeant la durée de garantie légale, en favorisant le réemploi, et en luttant contre certaines formules d’abonnement.
  • Réduire les besoins des services numériques via leur écoconception.

Télécharger l’étude

Rapport complet (PDF accessible, 40 pages, 716 Ko) 

Rapport au format HTML (accéder) 

Synthèse (PDF accessible , 13 pages, 289 Ko) 

Infographie (PNG, 222 Ko et PDF, 319 Ko) 

Edito

Ordi 3.0 est un « un projet national de territoire », à dimension collective, participative et sociale, développé avec le soutien de l’ensemble de la collectivité territoriale (citoyens, porteurs de projets associatifs et entrepreneuriaux, opérateurs de la collecte, de la réparation, du réemploi d’équipements électriques et électroniques et de sa réutilisation), pour développer une filière nationale de collecte, de rénovation et de redistribution de matériels informatiques permettant les usages du numérique par le plus grand nombre de personnes physiques et morales, dans une démarche d’économie solidaire, circulaire et de qualité environnementale.


Vous souhaitez être présent dans l'annuaire ou obtenir le Label Ordi 3.0 alors suivez ce lien...

Logo Ordi 3.0


Ordi 3.0 en action

Annuaire site national

Nos partenaires


Retourner en haut de la page
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies.En savoir plusD'accord